A L’OISEAU – LYRE

Samedi 25 mai, aura lieu le Salon du livre-jeunesse, à la médiathèque de Rueil- Malmaison, où j’habite. Je fais partie des auteurs invités, chaque année, depuis sa création, depuis toujours, c’est en général un joli moment de rencontres, joyeux, chaleureux. Il peut avoir lieu grâce au travail extraordinaire des libraires, et
ceci est une ode reconnaissante à la librairie qui m’est le plus chère, née en même temps que mes premiers écrits publiés.

Elle est située à Rueil-Malmaison, ville où j’habite, et s’appelle  » L’Oiseau-Lyre », comme dans le poème  » Page d’écriture » de Jacques Prévert, oiseau descendu du ciel bleu et que les tous les enfants qui s’ennuient appellent de leurs vœux, afin que  » s’écroulent tranquillement » les murs qui les enfermaient loin des falaises, des mers, des arbres, du ciel où se promènent les nuages et les oiseaux.

D’abord située rue Jean Le Coz – nom d’un héroïque sauveteur qui plongea plusieurs fois dans la fournaise du terrible incendie du cinéma de Rueil pour tenter de sauver le maximum de personnes et y perdit la vie – la petite librairie de l’époque fut créée par Marie- Odile Garrigues, pionnière en la matière car à l’époque, créer une librairie-jeunesse était un véritable acte militant. Mais bon, ça l’est encore, la plupart du temps…
Elle fut très vite rejointe par la libraire actuelle, Chantal Malamoud, et, pour s’agrandir, elles emménagèrent, il y a tout juste 30 ans déjà, sur les lieux actuels, au 7 rue Hervet, la rue principale entre l’église et le marché.
Il y a deux belles vitrines, et au centre, une porte, qui donne sur une petite cour pavée, une sorte d’escalier-échelle en bois, un hortensia, et, au fond de la cour ombragée, qui reste bien fraîche en été, la librairie et tous ses trésors à découvrir, à regarder, à feuilleter, à choisir, à offrir, à lire.

En trente ans de présence, combien d’adultes et d’enfants s’y sont succédés, trouvés, rencontrés ?  Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que maintenant les petits sont devenus grands et y amènent leurs propres enfants, voire, comme moi, leurs petits enfants, et que grâce à eux, ni la librairie ni la libraire ne vieillissent vraiment.
Quand j’ai commencé à publier, elles ont vendu, avec enthousiasme, mon premier livre,  « Le moulin à parole » et puis tous ceux qui ont suivi. Elles m’ont confié « la maison », le lundi après 4heures et demi, pour que je prenne en ateliers de lecture et d’écriture, chaque semaine de petits groupes d’enfants, curieux, et n’acceptant pas plus que l’élève de Prévert que deux et deux fassent forcément quatre, et même, dans leurs récits farfelus,  prouvant joyeusement le contraire ! Cet espace était idéal pour cela, des murs vibrants, de papier et de mots, une pluie de lettres au-dessus de nos têtes !

Le temps passant, certaines années furent plus difficiles, sans doute, pour mon amie libraire,  car il fallait bien parfois que huit et huit fassent seize malgré tout, afin que perdure ce nid d’oiseau bleu. Et, d’autres espaces s’ouvrant, dans le même but que le sien, beaux également, et apportant eux aussi, pour petits et grands, rêves d’aventure et poésie, si, tout de même, seize et seize pouvaient tantôt faire trente deux, ça serait encore mieux !
La librairie a duré sans vieillir, accueillant les jeunes auteurs, les nouveaux illustrateurs, ceux qui ont une réputation bien établie, et puis les autres, à découvrir, dont le talent interroge, ne fait pas l’unanimité, provoque, qu’il faudra montrer, expliquer, recommander. Ces auteurs, plus rares, savent ce qu’ils doivent à de telles personnes, de tels endroits…

Mais ce que je vois, à chaque fois que je me rends chez mon amie libraire, c’est que ceux qui débarquent là, aujourd’hui comme hier, petits ou grands, écarquillent les yeux, et « s’en mettent  plein les mirettes ! » comme disait ma petite maman. Ils s’apprêtent à recevoir chez eux de nouveaux amis qui ne les jugeront pas, ne les trahiront jamais, et qu’ils n’oublieront plus de toute leur vie.
Et quand, sur les étagères, les boîtes à musique font entendre leur ritournelle, au-delà de ce qu’on entend, si l’on prête l’oreille sans craindre qu’on ne vous la rende pas ! on distingue le chant d’un oiseau, bleu comme le temps qui passe, qui passe, qui passe…

Publicités

mon agenda 2018-2019

Je ne fais plus trop de déplacements.
Pour ceux qui suivent, j’ai eu 70 ans, et bientôt il faudra venir me chercher en brouette !
Mais bon, quelques dates … et pas de figues.
Des fugues, plutôt.

La première, je ne vais pas bien loin de chez moi. A pieds je vais, mais de très bon cœur.
Rendez-vous ( haut les mains ! ) chez mon amie de trente ans et des paillettes ( pas de poussières) Chantal Malamoud, libraire- jeunesse de l’Oiseau-Lyre, rue Hervet, à Rueil-Malmaison où je réside : deux dates :
– le mercredi 14 à 14h30, pour une heure de lecture, de discussion, d’atelier, autour de mon dernier roman :  » Vue sur mer » paru chez Magnard le mois dernier.
– le samedi 17 qui suit, de 10h30 à 12h30, séance de dédicaces tous azimuts, y’en a pour tous les goûts, tous les âges et toutes les couleurs. Si vous avez envie de vous avancer dans vos cadeaux de Noël… ou d’anniv… ou juste pour me faire un petit coucou.

Samedi 1er et lundi 3 décembre, je serai à Montreuil, au grand Salon-jeunesse, pour la grande célébration de notre beau métier, de ses missions … et de ses limites. Je signerai chez deux éditeurs seulement cette année : chez Magnard le samedi 1er décembre de 13hà15h et le lundi 3 décembre de 11h à 13h aux éditions du Pourquoi pas, pour le binôme  » Coup de balai » et  » le berceau de l’homme » illustrés par le jeune Léo Poisson qui sera également présent. puis jusqu’à 15h, de nouveau chez Magnard pour le bel album  » Il y a toujours un oiseau » et mon nouveau roman, même collection que  » Géant »,  » Vue sur mer » que j’ai présenté ici.
Merci à ceux qui passeront me, nous !  faire un petit coucou !

Après, c’est sensé être l’hiver, la neige, le froid, les gla-gla- frissons partout, alors je reste sous la couette. Ou devant mon ordi, dans mon bureau douillet, au pied du radiateur.
j’attends le père Noël, ou à défaut, les gros chèques de mes éditeurs. … ( je blague ! ça fait longtemps que je ne crois plus… aux gros chèques des éditeurs ! )

Mais, j’irai tout de même, la dernière semaine de janvier à Amiens, non par dévotion à Emmanuel Macron, mais parce qu’on me réclame à cors et à cris, accord et à cris, à corps et à cri, bref, dans un collège où j’ai souvent sévi, plus jeune, où le staff possède encore plein de séries de livres de Jo.H à écouler dans les classes de 6ème, et alors ils en profitent tant que je suis encore  peu près en état de marche. Pendant plus de 10 ans, je me suis rendue chaque année à Amiens ( et non, je ne me souviens pas d’un petit blond qui l’aurait particulièrement ramené, non, je ne vois pas…) et j’y ai rencontré plein d’enfants extrêmement attachants et d’ailleurs certaines des « enfandises  » que vous pouvez lire sur mon site viennent d’eux.

Je serai le 30 mars au Salon de Verrières ( 78) contactée par une charmante libraire, en mai à Villejuif pour une journée d’animations.

Les 2, 3, 4 avril à Laval, il y a un prix auquel je participe souvent, et c’est encore le cas cette année, avec  » Grand Ami » paru chez Thierry Magnier.

Je serai le samedi 18 mai à Gennevilliers, invitée à fêter l’anniversaire d’un prix décerné par la ville à l’initiative de la médiathèque François Rabelais, prix que j’ai obtenu il y a quelques années et qui a la particularité d’être décerné par tous : enfants, adultes, parents, bibliothécaires, enseignants, à la suite de soirées lectures et discussions acharnées. De plus, ce prix est très bien doté ce qui est aussi, en soi, une belle originalité  🙂

Bon, pour finir, ça ne s’est pas passé comme ça : je suis allée à Amiens les 16 et 17 mai et pas à Gennevilliers, ce qui m’a valu des  » divagations de bestiaux sur la voie ferrée, de belles rencontres au collège César Franck, de me faire assommer par un rideau de fer de magasin baissé quand je sortais, du coup une visite à la pharmacie la plus proche pour acheter de l’arnica, et puis ensuite dégringolade, me suis prise les petons dans la lanière de mon sac qui traînait par terre. Mauvais karma ! a traduit mon petit fils ! ça se peut !
Mais contente quand même d’avoir vu des collégiens réputés pas faciles attentifs comme pas deux !

Et le samedi 18 mai, salon du livre de Villejuif, organisé par  » Points Communs », une librairie coopérative, associative très engagée pour la lecture en quartiers défavorisés, un concours autour de mon album  » Il y a toujours un oiseau ! » Pas gagné, ce concours, les enfants étaient désolés pour moi. Mais retrouvé là  mon complice, l’illustrateur Frédéric Mansot, bon pied bon œil, qui n’a pas arrêté de signer des albums, et donc, sympa quand même. Et ma bonne éditrice de chez Magnard, de service aussi en ce samedi et une bénévole qui avait préparé de succulents cannelés bordelais et qi a eu l’amabilité de me donner sa recette, pas compliquée, mais très précise ! m’a -t-elle bien recommandé. J’essaierai ça bientôt ! Comme quoi, vous ne trouvez pas que des livres dans les Salons du livre !!!

Je vais aussi retrouver des amis – Claude Carré, Delphine Grenier … – au Salon de Rueil- Malmaison, à domicile, le samedi 25 mai. L’un des stands sera tenu par mon amie libraire de l’Oiseau-Lyre ( un article lui est consacré dans cette même rubrique d’agenda et aussi dans  » Carnet d’humeur »)

Et je serai à Vannes les 14 et 15 juin ( gros salon, en organisation en tout cas : Livr’à Vannes.)

Et puis en juin , peut-être à Saint Benoist, vers Poitiers,
et le 21 juin à Noisy le Sec, dans un collège.

Et me revient qu’il y a aussi un saut en Normandie, au premier semestre, mais la date n’est pas encore fixée, ou alors je l’ai paumée, et il faut que je me renseigne fissa. (:-(
Retrouvé ! ce sera sans doute les 24 et 25 juin à Caudebec en Cau

voili voilà voilou;

rencontres

j’étais sur les ondes de France Inter, mercredi 27 septembre, dans l’émission  » L’Instant M  » de Sonia Devillers, en l’honneur des 40 ans de J’Aime Lire à Bayard Presse.

le lien vidéo :
https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-27-septembre-2017

https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox/15ec2f16b3d99d76?projector=1

 

Je serai le 2 octobre a/m à la BNF ( la Grande Bibliothèque ) ) Paris pour les Assises de la Littérature jeunesse. A partir de 15h45.

Je suis au  « le grand témoin ! « invité au colloque Lire et Faire Lire à la BNF ( Paris) le 13 octobre après-midi

Je serai au Salon jeunesse de Montreuil les 30/11, 3/12.