Enfandises

ribambelleimage

 

Dans cette catégorie, je vous proposerai des « enfandises » sortes de gourmandises à déguster, fruits de mes nombreuses rencontres avec des enfants dans les écoles, collèges, médiathèques, ateliers d’écriture. Des mots qui étonnent, font sourire, ravissent, émeuvent, dont tout écrivain se régale ; et parfois, je partagerai avec vous un souvenir, une anecdote, qui m’a fait réfléchir. Ce sera comme ça vient, en désordre, comme ça, en passant.

Après une discussion sur la guerre, thème de plusieurs de mes livres :

« – La guerre, c’est quand les méchants tuent les autres. Et les gentils aussi, mais un tout petit peu. »

– » A la guerre, il y a des méchants qui tuent, et avant, en plus,ils cassent les bras, ils cassent les jambes ! Il y a même des oeils crevés ! ça serait bien si c’était juste les méchants qui étaient morts, mais des fois, y’a des maladroits qui tuent des gentils.

.-. »A la guerre, les enfants, ils peuvent rien faire du tout ! Ils ont même pas de masques pour faire peur !  »

Et après ?

« – Moi, je connais quelqu’un qui fait du bien aux autres. C’est mon père ! quand ilfait des spaghettis à la bolognaise ! »

« – Quand le malheur est fini, on lâche les confettis ! »

– » Je crois que les poissons sont heureux de nager, finalement !  »

– » un ami, c’est comme une pomme qu’on ne doit pas croquer pour la garder à tout   jamais  »

Sur les parfums, les odeurs : – » ma colle, elle sent une odeur de médicament. Mais pas n’importe lequel … De médicament IMPORTANT !

Classe de CP ; chacun parle de son nom :  » Je m’appelle Angélique, mais je ne sais pas bien l’écrire… J’ai du mal avec mon  ! »

Sur les histoires qu’ils lisent : – » L’histoire des trois petits cochons, moi, ça m’a toujours fait pleurer… »

– » L’histoire du Petit Poucet, c’est une famille qui se sépare…  Je trouve extraordinaire des familles qui ne se séparent pas. Moi, ce  n’est pas le cas. »

Je me souviens de cet enfant en région rémoise, qui s’obstine à appeler mon éditeur : « ton dictateur,… »

Faire un abécédaire ? Moi : »- donnez moi un mot qui commence par P ! Comme papa ! Un enfant me crie : – Musaraigne !  »

« – Dans la classe, quand on parle tous, toutes les voix sont mélangées comme les fruits dans une salade de fruits ! »

Quelques enfants de milieu très modeste me sont confiés, pour une journée. On lit, ils me racontent, ils inventent, je mets mon grain de sel, on touille. Et puis, à partir de cela, je construis une petite histoire, faite de tout ce qu’ils ont pensé, dit, imaginé. Et je leur lis. Ils se taisent. J’ai fini, ils se taisent toujours, me regardent, perplexes. Devant leur regard, leur absence de réaction, je m’étonne bien sûr, et je leur demande :- » Alors ? Vous en pensez quoi de cette histoire ? » Ils ne pipent pas mot. Et puis, une des petites filles me dit : – C’est pas notre histoire ! C’est pas ce qu’on t’a raconté…  » Alors là, c’est à mon tour de me montrer perplexe, embêtée. – » Mais si, bien sûr ! Regardez : ça, c’est Thomas qui l’a dit. Cette phrase, c’est Céline, et ça, c’est bien toi, Akim, non ? » Et je leur redonne l’origine de chacune des phrases. Alors ils les reconnaissent, leur regard s’éclaire, ils me sourient. Mais moi, le nez sur mon texte, vaguement désappointée par cet texte à présent, j’observe alors : – c’est bizarre, ça, quand même, que vous n’ayez pas reconnu votre histoire quand je vous l’ai lue !  » Silence. Et puis une des petites filles me dit : – je crois que c’est parce que, maintenant que tu l’as écrit, ce qu’on t’a dit, c’est beau…

Sur le souvenir

Je me rappelle qu’une fois, j’étais assise sur les patates dans ma poussette, comme une poule qu’a pondu des oeufs.

Ma mère me dit rien, alors je me souviens de rien. Juste de mon pouce que je suçais toujours. Mais de toute façon, je préfère pas me souvenir…

Je me rappelle que je croquais le nez de mon père et il disait : »prends-le et va jouer dans la cour avec ! »

Je me souviens du soleil, il tapait, il tapait ! Comme mon père !

Je me souviens d’un bouledogue, il mordait, il ne lâchait plus. J’aimerais bien, souvent, être aussi fort et puissant.

Sur la nature

Des fois je me demande si les feuilles ne sont pas étonnées de tomber…

Les jardins, ça fleurit gratuit.

Sur la vie : est-elle belle, la vie ?

Oui, la vie est belle, si on a un vélo !

La vie est plus belle à la récré qu’ailleurs.

La vie n’est pas belle, parce que j’ai horreur qu’on me batte !

La vie n’est pas belle pour moi, parce que je vis dans un foyer.

La vie est surtout belle à cause des animaux, franchement !

La vie est belle c’est pour ça qu’on n’aime pas mourir., c’est

Sur la poésie

Un poème c’est tout ou rien !

Un poème c’est noir sur blanc !

Un poème, c’est légèrement débile souvent…

Un poème, même si on ne l’a pas écrit, quand on le lit ça devient personnel…

La poésie, ça fait réfléchir mais c’est lassant…

La poésie c’est tout ce qu’on veut… Non, c’est le contraire…

la lecture

Moi je lis pour avoir la paix.

Quand on réfléchit, après avoir lu quelque chose qui nous a plu, certaines phrases nous reviennent comme un boomerang !

Les rimes, ça me fait pareil que la samba, ça me chante.

Ce qui est énervant, quand on lit, c’est qu’on peut pas s’arrêter ou on veut, pour moi, des fois, les points ils arrivent trop tard…

Lire c’est aller de la Terre à la lune… et retour sur terre à la dernière page, malheureusement.

Un gros livre, s’il est bien, on n’a pas envie qu’il se termine… comme les jours d’été…

Une BD, on passe de case en case, comme sur une marelle….

J’ai pas trop envie de lire « 20000 lieux sous les mers… » évidemment, si j’étais  un poisson…

Bonjour, j’ai lu vos livres, et j’ai apprécié !

En vrac :

Il y a toujours des choses à rentrer : la voiture, le linge, les jouets qui traînent, la langue….

Des fois je pense que maman est morte, mais après je la fais vite revivante !

L’amitié, 

C’est un bonheur qui se divise en deux mais qui nous rend entièrement heureux !

l’amitié, c’est un miracle, comme un bonhomme de neige qui ne fondrait jamais.

Un ami perdu, c’est un bateau qui sombre, d’un coup !

J’ai des copains, mais je n’ai jamais eu d’ami. Les autres m’aiment un peu seulement. Je le savais déjà, mais aujourd’hui que je l’écris, ça me rend triste…

Ma meilleure amie s’appelle C… C’est une petite fille effacée, si on n’y fait pas attention, on voit pas qu’elle existe.

J’ai été tolérante envers une copine à qui j’avais dit un secret et qui l’a répété. Moi j’ai gardé son secret mais… tu veux que je te le dises ?

la guerre

Avant, du temps de nos grands parents, quand on allait à l’école, bing ! il pouvait y avoir une attaque d’allemands ! Maintenant c’est bien plus calme…

Heureusement que maintenant quand on prend le train, c’est le train des vacances, pas le train de la mort !

Je ne sais pas pourquoi les guerres continuent, je ne sais pas pourquoi…

A chaque fois que je pars en Algérie, ça me rend très malheureux de quitter la France, mes amis… Mais à chaque fois que je passe le mois là-bas, petit à petit, ça redevient mon pays, et je suis très malheureux de revenir en France aussi.

je n’ose même pas imaginer la guerre !

la tristesse

un jour, je me souviens, c’était le jour de mon anniversaire, et personne ne me l’a souhaité. J’ai dû mettre les chaussures à talons de maman pour qu’elle voit que j’avais grandi. Alors j’ai enfin eu un gros bisou. Mais avant de l’avoir, j’ai été extrêmement triste…

Un jour, j’ai sauté de joie, mais je l’avais pas fait exprès, parce qu’au fond, j’étais triste…

Ce que je n’oublierai jamais… c’est que quand mon père était petit, son père avait sombré dans l’alcool. Alors il n’avait plus de père. Après, sa mère est morte, plus de mère. Il s’est retrouvé orphelin, il devait tout faire tout seul, la cuisine, le ménage, tout… Je n’oublierai jamais, de toute ma vie, l’histoire de mon père…

C’était pas la peine de faire tomber mon cousin de vélo pour lui faire du mal !

Heureusement que je suis venue au monde ! Sinon, mes parents auraient été moins heureux !

Ce que je trouve merveilleux ? Que les bonbons existent !

Moi, si je n’existais pas, il faudrait m’inventer !

J’aimerais bien que quelqu’un qui est au bout du désespoir me demande de l’aider…

trouver des images qui disent ce que sont la vie, l’amour, la maladie…

La vie, c’est précieux, c’est fragile, c’est de la porcelaine sur la table…

La guerre, c’est des enfants qui se bouchent les oreilles !

Le chagrin, si on n’a pas de mouchoir, faut prendre une feuille !

Je suis heureuse, je danse, je chante ! Le mieux ce serait dans la forêt avec tous les
animaux !

L’amour, pour moi, c’est un papa et une maman qui s’embrassent en riant !

Le sida, il veut détruire le monde, c’est un guerrier qui ne recule devant rien !

La peur, c’est le soleil qui se cache derrière la lune.

…le malheur ? c’est plus triste que ce que je croyais !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s