KASPAR, le chat du grand hôtel

L’histoire a été imaginée par maître Michaël Morpurgo dont j’aime chaque livre. Il sait magnifiquement faire se rejoindre la grande et la petite histoire, sans que jamais l’une prenne le pas sur l’autre. Après avoir écrit le précédent article sur le petit album  » Navratil », je me suis dit qu’il serait judicieux de mettre en parallèle ce roman de Morpurgo, puisqu’aussi bien, lui aussi traitait du mythique naufrage du Titanic.

Morpurgo a imaginé cette histoire alors qu’il était en résidence d’écriture, le veinard, au Savoy de Londres. Dans une vitrine, se tenait la statuette du chat noir dont on lui conta l’origine. Par ailleurs, la salle du restaurant lui rappela celle du Titanic ( enfin, l’image qu’il en avait) Comme souvent, quand deux idées se rencontrent dans la tête d’un écrivain, elles font un beau mariage en pages blanches ( chez Gallimard !) Ainsi donc naquit l’histoire de Kaspar, le chat de la comtesse Kandinsky, musicienne résidant au Savoy. A la suite de la mort accidentelle de sa maîtresse, Johnny Trott, le petit groom à qui elle l’avait confié, continue de s’en occuper en cachette, aidé de Lisbeth, petite fille riche esseulée. Quand Lisbeth et ses parents repartent en Amérique, il leur fait don du chat. Mais incapable de quitter le navire qui emporte le chat et la petite fille qu’il porte dans son coeur, il y voyage auprès d’eux, incognito. Ce navire, c’est le Titanic.

Dans la majeure partie du livre, il n’est question que de deux enfants seuls, un riche, un pauvre, qui partagent la tendresse d’un chat, seul aussi. Ce que j’aime, c’est qu’au milieu de toutes ces solitudes qui se croisent dans ce grand hôtel, naît cela : une amitié; fragile. Oui, fragile, parce qu’un hôtel, c’est un endroit d’où l’on repart aussi vite qu’on y est arrivé. Rien ne peut raisonnablement s’y construire dans la durée. Mais au mur de la réalité, les enfants opposent leurs rêves. Et au royaume des livres, les rêves l’emportent.

Beaucoup de dialogues, très simples, dans cette histoire où le choc des classes est visible, l’enfant pauvre au service des riches, malmené par la gouvernante mesquine, elle-même mal traitée. Et le paquebot, où les riches se prélassent en haut tandis que triment, en bas, aux machines, dans la fournaise et le vacarme assourdissant, chauffeurs, manoeuvres, le petit peuple servant, sans lequel ceux d’en haut ne sauraient vivre. Les uns et les autres tout aussi dépendants, finalement. Tous ces personnages au service d’une belle histoire, forte, vivante, pleine d’aventures. Ni leçon, ni morale, on nous donne à voir, à comprendre, l’auteur mise sur la sensibilité et l’intelligence de ses jeunes – et moins jeunes- lecteurs. S’il y a, qui se détache, une « leçon »,( au passage, ceux qui ont fait du latin savent que le mot « leçon » vient justement de « legere » = lire, a donné « lecture »et donc en toute lecture, sans rien avoir à y rajouter, il y a bien une « leçon »)  c’est que chacun, là où le destin le place, faible ou fort, libre ou moins libre, peut prendre conscience de sa responsabilité, et l’exercer.
Mention spéciale aux illustrations de Michaël Foreman, de grandes finesse et expressivité.

Vous pouvez retrouver Le vrai Morpurgo ! dans « Secrets d’auteurs » publié grâce Marie Lallouët dans ce hors série passionnant de la « Revue des livres pour enfants »; un Morpurgo pur jus, merveilleux, d’une grande humilité : les histoires, il les trouve partout, « je raconte, simplement » dit-il. Il voit, il écoute, une chose,, une autre, ça se rencontre quelque part entre ses deux oreilles dans cette chose molle qui est un cerveau et « c’est comme ça que les choses arrivent » . Ce hors série où séjournent des auteurs très divers, je vous l’ai présenté dans la partie un peu mal nommée « pédagogie »

Je parlerai une autre fois d’un autre livre de ce gentilhomme-là, un album déjà ancien mais que j’aime beaucoup  » le petit âne de Venise », une histoire très douce, très poétique.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s