que faire avec  » Trois soeurs » paru chez Gallimard

EPSON MFP imagec’est un grand et bel album, lisible de 6, 7 ans à bien davantage. On y parle de la famille, des liens avec frères et soeurs, parents. On y parle du temps qui passe, d’une époque différente de la nôtre. C’est un récit qui se passe dans l’Angleterre victorienne, on y parle du temps qui passe, d’une autre époque, mais on y retrouve les sentiments que chacun éprouve : la difficulté de trouver se place, d’être le plus jeune, de conquérir son indépendance, sa liberté. De quitter sa famille et sa maison aimées.

On peut demander aux plus jeunes de dessiner le lieu de leur habitation, avec précision, le plan, la place des meubles, ce qu’ils voient dedans et dehors. on peut leur demander de décrire leur vie, en gros, et en détail. Chacun pourra ainsi entendre, voir, des vies qui ne sont pas la sienne, comparer, s’étonner. On peut ensuite étendre cette étude, toujours avec les plus jeunes, à des pays differents, voir à quoi ressemble la vie de ces autres enfants dans ces pays-là.

Avec des enfants un peu plus grands, on peut demander, en plus de précédemment, de parler de leurs rapports avec les frères et soeurs, ce qu’ils aiment faire ensemble, ce qu’ils font seuls, s’ils sont satisfaits de leur place dans la fratrie. Et s’ils n’ont ni frère ni soeur, s’ils en sont plutôt contents, ou pas. On peut leur demander quand ils ont été jaloux, quand ils ont été heureux, tristes etc… au milieu des autres, chez eux. S’ils ont des objets qu’ils préfèrent, ce qu’ils trouvent joli, chez eux. Comment ils imaginent leur avenir, ce qu’ils pensent qu’ils feront, où ils iront.

On peut faire réfléchir et écrire les plus grands à partir de certaines phrases du livre. Propositions : écrire, décrire, dessiner, coller…

  • Dans sa vitrine fermée à clé, elle rangeait ses petits objets
  • Martha occupait la chambre qui donnait sur la rue où se passaient mille choses passionnantes
  • Dans ces moments-là, je détestais mes soeurs
  • Quelquefois, cependant, il m’était doux d’être la petite
  • Mais la vie passe, et ce que l’on croyait éternel ne l’est pas.
  • ceux qui ne sont plus là demeurent toujours près de nous, mais d’une autre façon, c’est tout…
  • je fis un beau voyage, je vis d’autres paysages… le monde est grand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s