LE PAPA DE NINA

Ce texte-ci, je l’ai écrit pour tous les enfants qui ont un, ou des parents qui travaillent la nuit, pendant qu’ils dorment. A ma connaissance, il n’y a pas d’autre texte qui s’adresse à eux. Je l’ai dédicacé à mon fils, Olivier, qui travaille la nuit.

LE PAPA DE NINA TRAVAILLE LA NUIT !

Jo H.

Pour Olivier

Dès que s’éteignent les lampadaires,
le matin, au petit jour,
des papas vont au bureau, en auto.
D’autres partent au boulot en métro.
Le papa d’Antoinette s’y rend en patinette,
Et celui de Roméo en vélo.
Le papa de Théo va pêcher en bateau.
Celui de Ninon part très loin en avion.
Le papa d’Olivier y va à pieds, c’est tout près.

Mais celui de Nina n’y va pas.

Le matin, il emmène Nina à l’école
et puis il retourne à la maison
pour dormir avec le chat
qui s’appelle Bricole.

Quand le papa de Nina a fini de dormir,
il fait un peu de ménage, les courses,
et retourne chercher Nina.
Et ils goûtent tous les trois
du pain, du beurre, du chocolat,
un peu de lait pour Bricole, parfois.

Après, le papa de Nina s’entraîne.
Mais pas comme les autres papas.
Pas à courir plus vite !
Pas à porter plus lourd !
Pas au foot, pas au basket, ni aux raquettes !
Non ! A jouer de la clarinette !
Parce qu’il est musicien, ce papa-là.

Pour l’écouter jouer,
Nina se met à plat ventre sur le tapis.
Personne ne joue aussi bien que lui !
-C’est beau, ta musique, papa … dit Nina.
-C’est parce qu’elle est de toutes les couleurs,
De toutes les couleurs de mon coeur ! dit son papa.
Quand on ne la joue qu’avec sa tête,
La musique est un peu bête !

Nina ferme les yeux.
Derrière ses paupières,
la musique est bien de toutes les couleurs !

Bleue !
Comme plein d’oiseaux dans les cieux…
Orange ! Jaune ! Rouge !
Comme les flammes qui bougent !
Verte !
Comme  les feuilles
par la fenêtre ouverte…
Noire
Comme le ciel sans étoile le soir

Et quand la musique se tait,
on dirait un grand drap tout blanc
qu’on étend sur Nina doucement…

A 7 heures, ou un peu plus,
Maman rentre, en autobus.
Elle embrasse papa et Nina.
Elle prépare le repas pour eux trois,
et aussi pour Bricole, le chat.
Après, elle met Nina au lit.
Bricole va se coucher aussi.

Et c’est la nuit.

Dehors s’allument les réverbères.
… Alors,

A l’heure où les autres papas
Enfilent leur pyjama,
celui de Nina s’habille tout beau.
Et il s’en va jouer
ici ou là, ou ailleurs
de tout son cœur.

Il va jouer
pour les gens qui ne dorment pas,
ceux qui sont tristes, ceux qui sont gais,
ceux qui aiment la nuit,
ceux qui ne l’aiment pas,
ceux qui ont plein d’amis,
ceux qui n’en ont pas.
Il va jouer de tout son cœur
pour que chacun oublie ses malheurs.
Il va jouer pour habiller le noir de la nuit
de toutes les couleurs de la vie.

Nina ne le voit jamais partir, son papa.
Toujours elle dort quand il s’en va.
Il part au boulot sans métro, sans bus, sans auto,
sans bateau, sans moto, sans vélo,
sans avion, sans camion, sans hélico,
sans patinette, sans tambour ni trompette.
Il part en douce, en catimini, en cachette,

Avec, seulement, deux baskets !
Et…
sa clarinette !

Nina ne le voit jamais rentrer, son papa
Mais quand elle se réveille, toujours il est là !
Revenu à la vitesse de l’éclair
dès que s’éteignent les lampadaires.

Jo. Hoestlandt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s